9 mai 2017 BAROMETRE MENSUEL DU CREDIT IMMOBILIER EN REGION

renegociation-600x270

Immoprêt, courtier en prêt immobilier et assurance de prêt ayant accompagné 19 357 familles dans leurs acquisitions financières depuis janvier 2017,

dresse son Bilan mensuel sur le crédit immobilier. Evolution des taux, profils des acquéreurs, capacités d’emprunt… Tous les paramètres du marché sont passés au crible.

Après une augmentation des taux en mars on constate qu’ils se sont stabilisés en avril avec de légères fluctuations en fonction des régions. En effet, les prêts sur 20 ans – qui sont les plus fréquents – affichent une moyenne de 1,56%, soit un taux similaire à celui du 11 avril dernier.
 
Concernant l’analyse par région, les taux sont en légère baisse sur la plupart du territoire. On observe notamment une forte baisse en Normandie, passant d’un taux 1,70% au 11 avril dernier à un taux à 1,60% en mai. On constate cependant que les taux ont augmenté sur le Grand Est, les Hauts de France, et les Pays de La Loire sur 10, 15, 20 et 25 ans.

Le montant du prêt moyen reste stable en avril, passant de 169 206 € au 11 avril à 169 205 € au 1er mai. On observe une légère hausse de 1,17% sur l’apport moyen, passant de 26 657 € au 11 avril à 26 972€ au 1er mai.
 
« Passée la période électorale, et avec l’envie de se projeter, c’est l’occasion une nouvelle fois ce mois-ci pour les acquéreurs de profiter de taux d’intérêts avantageux,  malgré une tendance à la hausse depuis la rentrée 2017.» déclare Jauffrey Ianszen, Directeur Réseaux et Développement d’Immoprêt.

baromètremai

Zoom sur le profil des primo-accédants

Depuis le 1er janvier 2017, 13 185 primo-accédants ont été accompagnés par Immoprêt, ce qui correspond à 68% des familles primo-accédantes.

Le montant moyen du prêt a très légèrement augmenté de 0,02%, passant de 164 008€ à 164 033€, entre mars et avril. L’apport moyen a également légèrement augmenté, de 0,81 %, passant de 22 775 € à 22 960 €.

« Bonne nouvelle pour nos primo-accédants, nous notons un peu plus de facilité dans certaines régions à financer à nouveau des projets à 110 % – donc sans apport – ce qui n’était plus le cas depuis le début de l’année. » indique Jauffrey Ianszen.

 

A Lire aussi...