Accueil > Blog > Savoir maîtriser ses charges de copropriété

Savoir maîtriser ses charges de copropriété

Les charges de copropriété peuvent peser lourd dans le budget des ménages.

Elles sont très souvent élevées et augmentent d’année en année alors qu’il existe des moyens rapides pour réaliser des économies et faire diminuer le montant de la facture. On vous livre nos astuces dans cet article !

Charges de copropriété : qu’est-ce que c’est ?

Pour rappel, tous les propriétaires d’un bien immobilier en copropriété doivent s’acquitter de charges de copropriété (voir tous les frais liés à un achat immobilier). Elles servent à assurer la bonne tenue de l’immeuble et l’administration des parties communes.

Elles sont votées en assemblée générale lors de la réalisation du budget prévisionnel qui doit être approuvé à la majorité absolue de l’article 25, c’est-à-dire en tenant compte des copropriétaires abstentionnistes, absents ou non représentés.

Parmi les charges courantes de la copropriété, on trouve :

  • Les honoraires de syndic dans le cas d’un syndic professionnel ;
  • Les contrats d’assurance des parties communes ;
  • La rémunération des personnes intervenant dans la copropriété comme une société de ménage ou de gardiennage le cas échéant ;
  • L’entretien des parties communes ;
  • La paiement des factures d’électricité, d’eau ou de gaz.
  • Les travaux de maintenance et les petites réparations.

Les charges de copropriété augmentent d’année en année et peuvent vite peser lourd dans le budget des ménages. Retrouvez notre top 7 des astuces pour faire baisser vos charges de copropriété.

Astuce 1 : Comparez les contrats de syndic

Au moment de choisir son syndic, une copropriété peut décider de faire appel à un syndic professionnel pour sa gestion. En l’échange de ses obligations administratives et comptables, il touche des honoraires qui sont souvent très élevés, mais aussi des frais annexes de copropriété, facturés pour des missions supplémentaires comme l’établissement des états datés en cas de vente ou la convocation d’une assemblée générale extraordinaire.

De plus, un syndic professionnel touche en moyenne 4% de commission sur le montant des travaux HT d’une copropriété, ce qui peut très vite faire grimper le prix du syndic, et donc des charges de copropriété.

Nous vous conseillons donc de comparer plusieurs contrats de syndic avant de faire votre choix : faites attention aux honoraires demandés mais également aux prestations proposées !


A savoir

Pour faire baisser la facture, vous pouvez vous intéresser aux syndics en ligne. Il s’agit de syndics professionnels qui ne possèdent pas d’agence physique. Leurs honoraires sont généralement bien moins élevés que les syndics traditionnels.

Toutefois, attention, ils manquent souvent de réactivité et la qualité de gestion de votre copropriété peut en être impactée.


Astuce 2 : Renégociez vos contrats de copropriété

La majorité du temps, les contrats avec les prestataires qui interviennent dans la copropriété peuvent être renégociés. En effet, de nombreux contrats comme les contrats de ménage, d’assurance habitation collective ou d’entretien des ascenseurs sont souvent à tacite reconduction, c’est-à-dire qu’ils se renouvellent automatiquement sans intervention de votre part, et vous continuez à payer des montants importants sans vous en rendre compte.

L’une des astuces est alors d’être attentif aux dates d’anniversaire des contrats et de tenter de les renégocier avec les prestataires pour réaliser des économies.


A savoir

N’hésitez pas à mettre en concurrence les contrats fournisseurs pour avoir de vrais arguments et inciter le prestataire à revoir son tarif à la baisse !


Astuce 3 : Pensez aux syndics coopératif ou bénévole pour votre copropriété

Conformément à la loi de 1965, une copropriété est dans l’obligation d’avoir un syndic pour assurer sa gestion. Mais la loi stipule que le syndic peut être professionnel ou non-professionnel. Choisir un syndic non-professionnel permet de réaliser des économies sur les charges de copropriété car vous ne payez plus de frais de syndic.

Il existe deux types de syndics non-professionnels :

  • Le syndic bénévole : ici, il s’agit d’un copropriétaire élu en assemblée générale qui exerce seul les missions du syndic ;
  • Le syndic coopératif : c’est une gestion collégiale de la copropriété puisque les missions sont assurées par le président du conseil syndical et les conseillers syndicaux qui se répartissent les tâches entre eux.

Ces modèles séduisent toujours plus de copropriétés grâce notamment à l’apparition de solutions destinées à les accompagner. Par exemple, Matera accompagne les syndics non-professionnels via deux leviers principaux :

  • Un outil en ligne qui automatise les tâches courantes ;
  • Des experts en interne qui prennent le relais sur les sujets techniques (travaux, juridique, comptabilité).

Astuce 4 : Effectuez plusieurs devis de travaux

Il existe trois types de travaux en copropriété :

  • Les travaux urgents, qui sont convoqués sans vote en assemblée générale quand la sécurité des habitants et/ou la salubrité de l’immeuble est menacée ;
  • Les travaux d’entretien : ils doivent être votés à la majorité absolue de l’article 25 et sont réalisés dans le but de maintenir le bon état d’usage de la copropriété.
  • Les travaux d’amélioration : ils ont pour objectif d’ajouter de la plus-value au bien immobilier. Ce sont par exemple les travaux de rénovation énergétique ou l’installation d’un ascenseur.

Ce sont sur tous ces travaux que les devis doivent être comparés. En effet, les entreprises de travaux ont tendance à gonfler leurs prix quand une copropriété est dans l’urgence de réaliser des travaux. N’hésitez donc pas à effectuer plusieurs devis pour obtenir le meilleur rapport qualité-prix.


A savoir

Avec Matera, vous avez accès à un annuaire fournisseurs recommandés par la communauté des copropriétés clientes.


Astuce 5 : Réalisez un diagnostic de performance énergétique dans votre copropriété

Des problèmes d’isolation dans votre immeuble peuvent augmenter la facture énergétique et, de facto, le montant de vos charges.

Pour pallier ce problème, pensez à réaliser un diagnostic de performance énergétique (DPE) qui vous renseignera sur la performance énergétique de votre immeuble en indiquant sa consommation d’énergie et son impact environnemental en termes d’émission de gaz à effet de serre.

À la suite de ce diagnostic, vous pouvez alors envisager des travaux de rénovation énergétique à l’échelle de votre logement individuel ou de la copropriété.

Certes, ces travaux occasionnent un certain coût à court terme mais à moyen et long terme, les performances énergétiques de votre logement ou de votre copropriété seront bien meilleures et vous pourrez réaliser des économies sur vos charges.


A savoir

Vous pouvez d’ailleurs bénéficier de l’aide Ma Prime Rénov’ pour vos travaux de rénovation énergétique en copropriété.


Astuce 6 : Limitez les diagnostics inutiles et/ou non-obligatoires

Si certaines copropriétés ont tendance à multiplier les diagnostics immobiliers, ils sont en fait pour la plupart inutiles ou non obligatoires.

Pour information :

  • Le diagnostic termites n’est obligatoire que dans 55 départements ;

A savoir

les départements concernés par un diagnostic termites obligatoire sont les suivants : 11, 12, 13, 16, 17, 2A, 2B, 24, 30, 31, 32, 33, 34, 40, 46, 47, 65, 75, 81, 82, 85, 92, 972, 973, 974 (hautement termités) et 6, 9, 18, 19, 26, 35, 36, 37, 38, 41, 44, 49, 56, 62, 64, 66, 69, 72, 76, 78, 79, 83, 84, 86, 91, 93, 94, 95, 971 (partiellement termités).


  • Le diagnostic amiante ne concerne que les immeubles construits avant 1997 ;
  • Le diagnostic plomb n’est pas à réaliser si les canalisations sont en cuivre ou en acier.

Veillez donc à limiter ces diagnostics pour diminuer ces charges de copropriété.

Astuce 7 : Favorisez des équipements peu énergivores

Pour limiter votre consommation d’énergie et réduire vos charges de copropriété, pensez à installer des ampoules basse consommation ou des LEDs pour réaliser des économies pérennes.

Par ailleurs, vous pouvez également installer :

  • Des détecteurs de présence dans les parkings ou les halls d’immeuble par exemple ;
  • Des minuteries pour que les éclairages soient éteints automatiquement après quelques minutes d’utilisation.

Trouvez le meilleur taux pour votre prêt immobilier

MEILLEUR TAUX IMMOBILIER ACTUEL

Pour un prêt immobilier sur 15 ans.

0.60%*

Trouvez votre courtier immobilier

Pour une étude gratuite ou simplement répondre à vos questions, Immoprêt est là pour vous aider !

Calculez votre mensualité et votre capacité d'emprunt.

NOS CLIENTS NOUS ADORENT

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager