Accueil > Prêt immobilier > Meilleur crédit immobilier > Les revenus et salaires pris en compte pour un prêt immobilier

Les revenus et salaires pris en compte pour un prêt immobilier

Pour pouvoir acquérir un bien immobilier, le calcul en amont de votre capacité d’emprunt est une étape indispensable. Dans vos estimations, il va évidemment falloir prendre en compte vos revenus. Très importants, ces derniers déterminent votre capacité à emprunter et influent sur le montant maximum de votre crédit.

Quels impacts ont vos revenus sur votre capacité d’emprunt ?

Pour constituer une offre de prêt immobilier, les banques recensent vos rentrées d’argent et vos charges.

Ces établissements de crédit tiennent compte, en premier lieu, du salaire net de l’emprunteur. Ensuite, ils s’intéressent à sa situation professionnelle comme l’ancienneté et la stabilité d’emploi, considérés comme d’autres arguments cruciaux. Ainsi, très souvent pour les professionnels libéraux et les chefs d’entreprise, les banques peuvent demander de justifier d’un revenu régulier sur une durée minimum de trois ans.

Les banques classent aussi les revenus selon leur nature. Certains, comme les recettes locatives, ne sont comptabilisés qu’à 70 %. Et d’autres revenus comme les primes exceptionnelles ou les heures supplémentaires ne sont pas du tout pris en compte.

Les charges récurrentes pèsent également dans la balance. Elles permettent à votre banque de définir votre taux d’endettement qui ne peut pas dépasser 35 %. Dans le calcul du montant des charges sont intégrés notamment les crédits en cours, le loyer et les pensions.

Étude de votre capacité d’emprunt

Présenter des revenus stables : une condition indispensable au prêt immobilier ?

Salaire net ou salaire brut ?

Si vous êtes salarié en contrat à durée indéterminée ou fonctionnaire, il vous faut présenter votre salaire net avant impôt lorsque vous constituez votre dossier de demande de financement de crédit immobilier. C’est celui-ci que la banque va prendre en compte.

À l’inverse, si vous êtes salarié en contrat à durée déterminée, en stage ou intérim, les banques ne retiendront malheureusement pas vos revenus. Sauf :

  • si le futur emprunteur peut apporter la preuve d’une activité stable et régulière sur plusieurs années ;
  • s’il travaille sous contrat pour la fonction publique et qu’il peut justifier d’une ancienneté de trois ans minimum.

De même si vous venez de prendre un nouveau poste, en cas de période d’essai, le salaire pour un prêt immobilier n’est pas pris en compte.

Les pensions et rentes constituent-elles une garantie pour les banques ?

Les pensions alimentaires et les allocations familiales peuvent être comptabilisées dans les revenus à condition qu’elles soient versées durant la majeure partie de la durée de l’emprunt. L’âge des enfants est alors regardé par les banques, car les aides peuvent diminuer, voire s’arrêter, quand les enfants quittent le foyer fiscal.

La prestation compensatoire en cas de divorce est aussi considérée comme un revenu.

À savoir

Il arrive que certaines banques ne tiennent pas compte des pensions et des allocations. Chaque organisme dispose de critères d’analyse propres et évalue les risques en fonction de ses exigences.

Pour les activités non salariées, comment faire ?

Pour les activités non salariées, principales ou secondaires, les revenus pris en compte pour un crédit immobilier sont les bénéfices. Cela concerne les travailleurs indépendants, les chefs d’entreprise, les intermittents ou encore les auto-entrepreneurs.

Pour apporter plus de poids à leur dossier, il est préférable que ces professionnels justifient d’une activité régulière sur 3 à 5 ans, ce qui est un gage de stabilité pour les banques.

Les retraites sont, elles aussi, comptabilisées à 100 %, car elles représentent un revenu constant. Seulement, l’âge de l’emprunteur peut être un frein à l’octroi d’un prêt immobilier par les établissements bancaires.

Les revenus locatifs : un atout qui peut faire la différence ?

Avoir déjà constitué un patrimoine immobilier sur lequel vous percevez des revenus locatifs peut faire pencher la balance du bon côté. En effet, ils font clairement partie des rentrées d’argent inventoriées pour un prêt immobilier et apportent un avantage non négligeable.

Seulement comme ces revenus peuvent fluctuer, en raison de changement de locataire, de loyers impayés ou de travaux, la banque n’en tient compte qu’à 70 %.

Exemple de revenus locatifs

Il peut s’agir d’un emprunteur percevant un loyer de 500 € tous les mois et réglant une mensualité de 700 € pour son crédit immobilier. La banque va tenir compte dans ses revenus d’une rentrée complémentaire de 350 € (70% du loyer de 500 €), tout en enregistrant les 700 € dans ses charges.

Salaire variable et commissions : comment sont-ils évalués ?

Les établissements bancaires regarderont votre ancienneté dans le poste que vous occupez pour accepter de prendre en compte le salaire variable pour le prêt immobilier et les commissions.

Seule la partie fixe est retenue pour les professionnels exerçant depuis deux années ou moins. L’ensemble du salaire (fixe et commission) est comptabilisé pour ceux ayant une expérience de plus de trois ans. Pour réaliser son estimation, la banque se base sur la moyenne des revenus nets des deux ou trois dernières années.

À savoir

Il est important de rappeler que la banque étudie et apprécie la situation de l’emprunteur dans sa globalité. Les revenus ne sont pas les seuls et uniques critères d’octroi d’un prêt immobilier. En effet, l’appréciation de la banque dépend aussi de votre apport personnel, de votre taux d’endettement et de la tenue de vos comptes par exemple.

Étude de votre dossier de crédit immobilier

Quels sont les revenus écartés d’une demande de financement immobilier ?

Pour déterminer une offre de prêt immobilier, les établissements de crédit écartent certaines sources de revenus de leur étude. Parmi elles :

  • les heures supplémentaires ;
  • les primes exceptionnelles ;
  • les frais professionnels (déplacement, repas…) ;
  • les primes d’intéressement et de participation.
  • Les allocations, quelles qu’elles soient

L’astuce de la tribu Immoprêt

Même si ces revenus ne sont pas considérés pour l’obtention d’un prêt immobilier, ils restent néanmoins un atout pour la banque. Notamment si vous en épargnez une grande partie ! L’épargne est un argument fort pour une banque. Elle constitue la preuve que vous êtes en mesure, et depuis longtemps, de gérer votre argent. Et c’est une vraie garantie pour elles.

Calcul du taux d’endettement : quelles charges ?

Le taux d’endettement désigne la part occupée par vos charges dans votre budget. Ainsi, il permet d’évaluer votre capacité à emprunter.

Pour le calculer, il existe une formule simple :

Taux d’endettement = (Charges / Revenus fixes nets du foyer) x 100

Une chose essentielle est à connaître concernant votre taux d’endettement. Vous pouvez démarcher des banques pour emprunter si votre taux d’endettement opération immobilière comprise est inférieur au seuil maximal de 35 %. Les établissements crédits procéderont à son calcul lorsque vous effectuerez une demande de prêt immobilier.

Le calcul du taux d’endettement est un élément essentiel pour une banque qui cherche à vérifier votre solvabilité.

Pour calculer votre taux d’endettement, la banque répertorie et ajoute à la mensualité du prêt immobilier toutes les charges récurrentes comme :

  • les crédits en cours (à la consommation, auto ou renouvelable) ;
  • les pensions versées ;
  • les rentes ;
  • les impôts et taxes ;
  • les loyers.

Votre taux d’endettement dépasse les 35 % ? Il existe plusieurs solutions pour le faire baisser :

  • Une réduction de vos charges.
    • Par exemple, en réalisant des économies sur vos factures d’eau, d’électricité, de téléphonie et wifi, etc.
    • Vous pouvez également solder un crédit en cours grâce à une épargne régulière
    • Renégocier un crédit immobilier en cours pour profiter d’une baisse des taux d’intérêt
  • Un rachat de vos crédits en cours. Lorsque vous avez plusieurs crédits en cours (prêts à la consommation multiples ou crédits immobiliers), cette opération bancaire vous permet de regrouper vos prêts en un seul.

Vous avez des questions ou vous avez besoin d’être aidé dans toutes ces démarches ? Contactez la tribu Immoprêt.

 

1.60%*

Le taux Immoprêt
sur 15 ans

Profitez du meilleur taux immobilier !

Pour une étude gratuite ou simplement répondre à vos questions, Immoprêt est là pour vous aider !

Découvrez votre capacité d'emprunt et vos mensualités de crédit immobilier

Actualités

La mairie de Paris vient d’annoncer en même temps qu’une hausse de 7 points du taux d’imposition, la possibilité d’en être exonéré. […]

Des pistes pour investir avec un petit budget sans se ruiner ? Voici cinq villes où il est rentable d’investir avec moins de […]

Obtenez les meilleures conditions pour votre crédit immobilier !

Trouver une agence à proximité

NOS CLIENTS NOUS ADORENT

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager